Photo de Jacky Lagger

La grande interview de ce numéro est consacrée à Jacky Lagger, musicien inspiré et anticonformiste par nature. Le Valaisan est un homme heureux. A son âge et dans les circonstances actuelles, la chose n’est pas si courante. « La Bouche qui rit », le centre culturel et musical, qu’il gère depuis bientôt dix ans, du côté de Saint-Maurice (VS), après l’avoir lancé à Aigle (VD), est un petit coin de paradis décoré par Alice au pays des merveilles. La créativité débridée du maître des lieux y prend ses aises. On s’y sent bien. Lagger lui-même met à l’aise. Le jeune septuagénaire a le tutoiement facile de ceux qui ont gardé clairement en tête qu’un balayeur et un CEO sont tous deux des hommes égaux en dignité et donc en respect. Sa désarmante simplicité et son absence de jugement attirent la confidence et l’échange. En venant le trouver, nous avons fait une bonne pioche. Pour ce bonhomme, se définissant volontiers comme un « espérant », l’entraide et le partage ne sont pas des vains mots. Vous le découvrirez en dégustant les confidences qu’il nous a accordées dans ce premier numéro 2021 du jef.

Pour en savoir plus, abonnez-vous.